/ Louwman Museum

La Haye, Pays-Bas

QUAND 

2 Décembre 2017 

 

C'est un article un peu inhabituel que je vous propose ici. En effet, car c'est ni plus ni moins que la visite de la plus vieille collection privée au monde : le Louwman Museum. 
Situé à La Haye, capitale des Pays-Bas, depuis 1934, c'est un musée qui regroupe plus d'un siècle d'Automobile, rien que ça ! Après s'être acquittés du droit d'entrée, nous arrivons dans un grand hall où sont exposées quelques classiques du genre, parmi lesquelles une Corvette Stingray, une Toyota 2000GT, ou encore une Lincoln Sedan Delivery Deco Liner de 2008, basée sur une Lincoln Zéphyr de 1939, acompagnée de sa moto dans le coffre !

 

 

Après cet amuse bouche, nous entrons dans le vif du sujet en montant dans un ascenseur qui va nous amener directement au début de l'exposition. C'est une véritable machine à remonter le temps, cet ascenseur ! En effet, dès que les portes s'ouvrent, nous sommes en face d'une espèce d'attelage nommé "Portuguese Traquitana". Retour dans le XIXème siècle, avec une mise en scène d'atelier de ferronnerie et l'une des plus anciennes voitures connues de nos jours : 1887 ! 

 

 

En parcourant les allées, on découvre petit à petit les prémices de l'Automobile telle qu'on la connait aujourd'hui. Ici, les modèles sont mis en valeur par des spots individuels, derrière de grandes baies vitrées (certainement pour des raisons de conservation). 

 

 

Quelques minutes plus tard, nous sortons de l'obscurité et nous arrivons dans le XXème siècle, là où le monde des transports va littéralement exploser. On y découvre pas mal de curiosités, comme ce triycle motorisé datant du début du siècle dernier, ou encore des skis pouvant être montés sur la mythique Ford T, pionnière de l'Automobile moderne. Les modèles sont mis en scène avec des arrière plans en accord avec les époques. N'oublions pas de préciser que chaque voiture est accompagnée d'un descriptif assez complet, c'est très instructif ! On y découvre les premières autos électriques et, plus insolite encore, les premières hybrides, datant de 1917, incroyable technologie pour l'époque ! Il y a également une salle pleine de microcars très mignonnes. Une chose est frappante : depuis le début de l'exposition, on peut noter la grosse proportion de véhicules français, preuve en est que nous sommes une grande nation de l'Histoire de l'Automobile malgré tout.

 

 

Vient ensuite la partie de la collection dédiée aux voitures de films et célébrités. Outre une Cadillac Eldorado Fleetwood de 1976 plutôt atypique ayant appartenue à Elvis Presley himself, je reste en admiration devant la Lincoln V12 1941 du film  "Le Parrain" ("The Godfather" in English). Un taxi DeSoto Sedan Custom Series S 11C Taxicab de 1946 du même film se tient à ses côtés. L'une des Aston Martin DB5 de "Goldfinger" (châssis DB5/2008/R) trône fièrement sous les projecteurs. Elle possède tous les équipements pour que 007 puisse semer ses ennemis lors des courses poursuites : les mitraillettes, l'écran pare balles, les plaques d'immatriculation rotatives ... Cette voiture est très probablement celle que j'avais croisé lors du Zoute Grand Prix 2017, primée Best Of Show.

 

 

On passe à l'étage suivant avec le monde de la course. Jaguar Type D victorieuse en 1957, Aston Martin DB3/4, Lancia D23 Spyder Pininfarina #0002 côtoient d'autres voitures de route, comme ce hot-rod Ford Model 18 Golden Deuce Coupé de 1932. Juste en face se trouve ce qui est pour moi une des plus belles Jaguar jamais construite : une XK SS. Basée sur la Type D, cet exemplaire (XKSS-722, une des 16 produites) arbore une robe bleue de toute beauté, et a la particularité d'avoir été initialement possédée par le King of Cool, l'immense Steve McQueen ! Le hall est complété par quelques concept cars et voitures de série. Au détour d'une allée, on croise cette superbe Pegaso Z-102 Cupula jaune.

 

 

Hall suivant, totalement orienté compétition automobile. Nous sommes accueillis par une rarissime March 2-4-0 de 1976, Formule 1 à 6 roues avec 2 essieux à l'arrière et non à l'avant, comme la plus célèbre Tyrrell P34. Juste à côté se trouve une F1 plus moderne : une Toyota TF109 (2009). On peut alors entrer dans une salle dédiée aux USA avec une Camry de Nascar, une Plymouth Superbird, un buggy ex McQueen participant à la Baja 1000 de 1967 à 1975, une Mclaren M8F ex Peter Revson (CanAm) et quelques voiture de Groupe C (Toyota TS010, Lancia LC1 Sport Spider, Sauber C8).

 

 

Salle suivante, c'est la Dolce Vita ! 100% italiennes, on trouve toute une panoplie d'Alfa Roméo, Abarth, Ferrari et Maserati. 6C Zagato, 2900 B Spider Corsa Sperimentale Balena (prototype de 8C), Tipo 33, mes coups de coeur vont à 2 originales : Abarth 207-A Spider Corsa carrossée par Boano (châssis 002) et la Tarf II. Cette dernière, conçue en 1951, est propulsée par un moteur Maserati 1.7L de 290cv et permit d'atteindre plus de 300km/h sur la Via Appia, non loin de Rome. C'est une véritable fusée, profilée pour les records de vitesse.

 

 

Un pan du musée est forcément consacré à Spyker, avec des voitures mais aussi un avion, l'activité première de la marque néerlandaise, comme son logo le laisse sous-entendre.

 

 

Après avoir traversé plusieurs autres salles pleines de curiosités (impossible d'être exhaustif dans un tel article), nous pouvons alors approcher ce que j'appelle des "tanks", les grosses voitures des années 30. Coup de coeur pour la Duesenberg Model SJ LaGrande Dual Cowl Phaeton rouge de 1935, on ne peut plus statutaire. Il y a aussi un camion de pompier American LaFrance Hook & Ladder Aerial Type 31/6 de 1922, équipé d'une échelle de plus de 20m. Gargantuesque, tout simplement. 

 

 

Puis, le grand moment, le clou du spectacle, le Paradis pour tout amateur de grande carrosserie française. La liste est brève mais impressionnante : 

- Talbot-Lago T150 Super-Sport Teardrop Coupé Figoni & Falaschi de 1937, châssis n°90109

- Delahaye 150MS Coupé Pourtout de 1946

- Talbot-Lago T26 Grand-Sport Coupé Chapron de 1949

- Talbot-Lago T26 ?Grand-Sport Coupé Saoutchik de 1948, châssis n°110122

Les voitures sont tout simplement magiques, des carrosseries aux courbes comme on en voit rarement. La palme revient, pour ma part, à la T150 Teardrop Coupé et sa teinte aubergine sublimissime.

 

 

Juste après l'arche rouge se trouve une pièce 100% Bugatti. Des pièces de choix sont présentées aux visiteurs :

- Type-44 Bergeon & Descoins Faux Cabriolet de 1927, châssis n°44289

- Type-57 Roadster Grand-Raid par Gangloff de 1934, châssis n°57222

- Type-50T Coach Profilé de 1932, châssis n°46546

- Type-54 Bachelier Roadster de 1932, châssis n°54201

- Type-35C, châssis n°4920

- Type-18 Sports Two-Seater Labourdette Torpedo Black-Bess de 1910, châssis n°474 (ex Roland Garros célèbre aviateur français, très proche d'Ettore Bugatti)

 

 

La visite du musée touche à sa fin, l'occasion de découvrir un petit village avec de jolies mises en scène, et un restaurant.

 

 

Je ne peux que vous recommander la visite de ce musée, qui contient un nombre incroyable de curiosités, on en apprend vraiment beaucoup en parcourant les allées. Foncez-y !

 Le site du musée : https://www.louwmanmuseum.nl/

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir