Événements

/ Ferrari 250 GTO tour (55ème anniversaire)

Autour de Florence

Quand 

Du 26 au 27 septembre

 

Avez-vous déjà été fou ? Au moins une fois ? J’ai l’impression que ça m’arrive de plus en plus souvent. Nous n’avons qu’une vie après tout. Pour être honnête avec vous descendre en Toscane pour assister au GTO tour n’était pas complètement fou parce que je ne m’y rendais pas sans être un minimum informé. Ce qui était en revanche vraiment dingue c’était d’enchaîner après mon weekend à Silverstone. Une matinée, voilà tout ce que j’ai trouvé comme temps « libre ». Lundi, presque 15:00, je décolle direction Florence avec un ami. Tout ça s’est décidé à la hâte à peine une semaine plus tôt. Cela ne semblait pas compatible avec mon emploi du temps mais des arrangements ont été trouvés. Nous arrivons en fin de soirée, suffisamment tôt toutefois pour profiter du centre dont je suis amoureux. Nous ne tardons pas pour être d’attaque de bonne heure le lendemain. Nous nous rendons à la villa Cora sans espoir de pouvoir entrer mais histoire de voir une première fois les belles. La première GTO a été produite il y a 55 ans et 36 exemplaires ont été produits dont la moitié attend derrière le portail. On prend le temps de les admirer, on rencontre les photographes présents pour l’occasion (je n’en attendais pas autant) et on va se positionner le long de la route. En effet, présageant que les autos vont rouler groupées, on devine qu’on aura le droit à une seule tentative par liaison. Nous ne sommes pas des experts et nous peinons à trouver des lieux propices. Nous ferons de notre mieux. Nous finissons par trouver un virage intéressant loin de toute vie urbaine. Je ne sais pas comment décrire l’émotion ressentie lorsque nous les entendons arriver. Un bourdonnement symphonique qui donne des frissons. Je ne pense pas pouvoir faire mieux. Le passage est bref. La suite de la journée se déroule dans le Chianti avec des haltes simples faisant regretter à certains les châteaux français du 50ème anniversaire mais l’ambiance est excellente et se retrouver sur ces terres avec un tel cortège est magique. Le retour à Florence est chaotique entre embouteillages et passages à la pompe mais tout est bien qui finit bien. Nous passons une seconde soirée dans la ville (impossible de s’en lasser) puis nous allons nous coucher.

 

 

Mercredi matin nous récupérons les nouveaux ayant disjoncté la veille. Ils ont décidé en quelques heures pour l’un de partir de Paris et l’autre de Toulouse pour nous rejoindre et ce pour seulement une journée tout au plus. Direction le Mugello pour un autre moment marquant. Après une parade certains propriétaires s’en donnent à cœur joie et ça met du baume au cœur ! Visiblement c’est la journée « sensations fortes » puisque nous empruntons dans la foulée des routes sinueuses à souhait, le col de la Futa notamment, pour nous rendre au sanctuaire de Boccadirio, dernière étape pour notre groupe avant de retourner en France. L’occasion de manger et de profiter du silence offert par les lieux. Ainsi s’achève notre court périple. Ça aura été intense et j’ai encore du mal à me remettre de cette semaine. Je ne suis pas satisfait de mon travail mais en tant que passionné j’en ai profité comme il se devait. Septembre a été… Je n’ai pas de mot pour qualifier ce mois. La fin de l’année est proche mais je vous donne rendez-vous pour les finali et probablement pour Rêves d’enfants malades, un événement caritatif annuel sur le circuit de Dijon.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir