/ Spa Classic 2018

Spa Francorchamps

Quand 

19 juin 2018 

 

Depuis que j'ai goûté aux joies du Spa Classic l'année dernière, je me voyais mal manquer cette édition. En effet, l'évènement organisé par Peter Auto est toujours d'une très grande qualité. Tout ne m'intéresse pas spécialement et il est vrai que j'ai un faible pour les "Group C" et les "Endurances Legends" mais le plateau des "Classic Endurance" vaut également le détour.

Spa Classic c'est aussi l'occasion de voir des monoplaces des années 60 et 70 mais également des voitures contemporaines issues des différents clubs du pays. Pour le coup, les F2 Classic m'ont quelque peu déçu cette année. D'ailleurs je me suis simplement essayé à les photographier depuis un endroit encore jamais testé à Spa car je ne les trouve personnellement pas très intéressantes d'un point de vus esthétique. Ni belles d'ailleurs mais ça n'engage que moi.

 

 

Passons à la série des "Greatest Trophy", anciennement appelé Tropheo Nastro Rosso qui, à l'époque, rassemblait les plus grandes voitures de sport italiennes. A présent, il est ouvert à toutes les marques mais malheureusement, point de Ferrari 250LM, Maserati 300s, Mercedes-Benz 300SL ou Aston Martin DB4 GT. J'ai peut-être joué de malchance dans la série du samedi mais heureusement, quelques Ferrari 250 GT Berlinetta, 250 GT Drogo ou 275 GTB étaient présentes tout comme une Aston Martin DB2 Vantage, une Porsche RSK 718 Spyder ou une très séduisante Alfa Romeo Giulietta SZ. Deux Bizzarini 5300 GT venaient compléter le plateau. On monte en puissance avec cette fois, les "Classic Endurance". On a parfois un peu du mal à s'y retrouver tant le plateau est varié mais je retiendrai malgré tout quelques magnifiques modèles comme une McLaren M6GT, deux Lola T70 MkIII B ou encore deux superbes BMW M1. Les Porschistes n'étaient pas en reste puisque de nombreuses 934 et 935 faisaient cracher leurs échappements pour le plus grand plaisir de nos oreilles. J'ai longtemps cherché les Ferrari 512 S mais elle est probablement restée au box ou dans le camion. Dommage.

 

 

Fort heureusement, les "Endurances Legends" sont une fois de plus au rendez-vous et on espère qu'elles seront nombreuses. L'année dernière, j'avais été séduit par l'Audi R8 LMP et la Maserati MC12 et cette année j'espère enfin voir rouler cette fantastique Peugeot 905. Ce ne sera pas pour cette fois, bien qu'elle fût présente lors du meeting mais cette déception a vite laissé place à la stupéfaction de voir sur la piste la monstrueuse Bentley Speed 8 victorieuse au Mans en 2003. Emotions garanties... C'est le genre de belle surprise que Peter Auto sait faire. A côté de cette merveille, on trouvait également de belles machines commes une Corvette Z06R GT3, une Toyota Supra Bi Turbo GT2, une Viper GTS-R ou une Alpine LMP2. On notera également la présence d'une Jaguar XJR-15 V12 assez rare, puisque produite à 50 exemplaires seulement. Un plateau de qualité mais un peu légér au niveau du nombre de voitures présentes dans cette catégorie.

 

 

Enfin, je termine par cette catégorie car à mon sens c'est la plus belle de toute dans ce genre de rassemblement. Les Group C. Depuis ma plus tendre enfance, je suis fasciné par ces voitures au look si particulier. On dirait un croisement entre une soucoupe volante et un hors bord F1. Depuis leurs débuts, ces voitures ont assez peu évolué esthétiquement mais qu'est-ce qu'elles sont belles! Elles n'ont pas pris une ride. J'ose même dire que les Group C des années 80-90 sont plus jolies que les F1 actuelles. "Halo? Non mais halo quoi!?"

Inutile d'énumérer chacune d'entre elles mais vous reconnaitrez les nombreuses Porsche 962, Jaguar XJR-8, XJR-11, XJR-12 et XJR-14 ou encore une Nissan R-90. Au total une vingtaine de Group C a pris le départ pour le plus grand plaisir des fans présents à Spa. Je vous avoue avoir vraiment pris mon pied à la fin de cette pitlane ou dans les stands. L'espace d'un instant je me serais cru en plein pendant les ravitaillements des 24H.

 

 

Ce fût donc, comme souvent avec Peter Auto, un très bel évènement. Le circuit et la météo n'y sont pas étrangers. Je regrette cependant de ne pas avoir pu assister à la course d'endurance en soirée et le faible nombre de bolides en "Endurance Legends". Mais qu'à cela ne tienne, cela ne m'empêchera pas de revenir en 2019 quoi qu'il arrive.